Intervention dans le SNUIpp-FSU


Motion adoptée le 11 mai 2021 par le conseil syndical du SNUipp 63 contre les conclusions du « Grenelle de l’éducation »

Le conseil syndical du SNUipp-FSU 63 :

- rejette dans leur intégralité les conclusions du « Grenelle de l’éducation »,

- appelle le Conseil national du SNUipp-FSU à se prononcer en ce sens.

(Pour : 8 ; Contre : 1 ; Abstention : 1)

 


 

Motion adoptée le 11 mai 2021 par le conseil syndical du Snuipp 63 contre la proposition de loi Rilhac :

 

La proposition de loi Rilhac, adoptée au Sénat le 10 mars, devrait revenir prochainement à l’assemblée nationale. Le passage au sénat a aggravé les conséquences destructrices de cette proposition de loi pour l’enseignement primaire .

Contrairement à certaines organisations syndicales qui parlent de la direction d’école comme d’une profession, nous rappelons notre refus de la création d’un statut du directeur d’école, statut qui se dessine très largement, bien qu’il ne soit pas nommé ainsi, dans la loi Rilhac. La direction d’école est et doit rester une fonction occupée par un enseignant ou une enseignante du primaire Aussi, il est indispensable de préparer dès à présent la mobilisation nécessaire à la tenue d’un mouvement de grève et de manifestations en direction de l’Assemblée nationale au moment où se tiendront les discussions au sujet de la loi Rilhac. Mettre un coup d’arrêt à cette loi rendra plus difficile la mise en place des conclusions du Grenelle.

Le conseil syndical du SNUipp-FSU 63

- se prononce à nouveau pour le retrait pur et simple de la proposition de loi Rilhac sur la direction d’école,

- appelle le Conseil national du SNUipp-FSU à se prononcer en ce sens

 

Pour : 8 ; Contre : 1 ; Abstentions : 2

 



Retrait pur et simple de la loi Rilhac sur la direction d’école !

 

La proposition de loi Rilhac sur la direction d'école a été examinée et votée au Sénat mercredi 10 mars. Dans sa version adoptée le 24 juin 2020 à l'Assemblée nationale, en son article 1er, figurait la phrase « il [le directeur] n’exerce pas d’autorité hiérarchique sur les enseignants de son école » qui pouvait laisser penser que le directeur restait un collègue vis à vis de ses adjoints.

C’est cela que les sénateurs, en collaboration avec le ministre Blanquer, ont clairement remis en cause. Ils ont d’abord supprimé la phrase en question et ils ont ajouté : « Il dispose d’une autorité fonctionnelle permettant le bon fonctionnement de l’école et la réalisation des missions qui lui sont confiées. » 

C’est donc bien une autorité qui serait octroyée aux directeurs sur ses adjoints, et le Dasen définirait les domaines dans lesquels elle s’exercerait.

Ces dispositions correspondent parfaitement aux conclusions du Grenelle organisé par Blanquer.  Celles-ci préconisaient de donner aux directeurs « un véritable statut leur conférant autorité décisionnelle et fonctionnelle » et proposaient « que le directeur ait la possibilité de valoriser par une évaluation positive » les professeurs des écoles sous forme d'un « double regard de l'inspecteur et du directeur » pour l'évaluation dans le PPCR.

La volonté est bien de placer le directeur comme supérieur hiérarchique des enseignants et de bouleverser le fonctionnement des écoles.

Le directeur doit rester un collègue et ne pas devenir un supérieur hiérarchique !

Ni "emploi fonctionnel", ni "délégation de compétence", ni "autorité fonctionnelle" !

Retrait pur et simple de la loi Rilhac qui doit être examinée à l’Assemblée nationale en 2ème lecture !

-----------------------

 

Nous, enseignants de l'école élémentaire de Saint Gervais d’Auvergne, nous prononçons pour le retrait pur et simple de la loi Rilhac, et demandons à la CGT’Education, à Sud Education, au Snudi-FO et plus particulièrement au secrétariat général du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire de reprendre à son compte cette position et d’engager, dans les plus brefs délais et dans l’unité, la mobilisation pour obtenir gain de cause.

Adopté à l’unanimité le 12 mars 2021

 

 


 

 On nous informe de l'adoption à l'unanimité de deux motions par le Conseil syndical du SNUipp du Puy-de-Dôme le 9 juin 2020.

La première s'adresse à la direction nationale du SNUipp pour qu'elle se prononce pour le retrait immédiat du projet de loi LREM qui vise à faire du directeur d'école un supérieur hiérarchique.

La deuxième demande aux directions nationales du SNUipp et de la FSU d'appeler à des manifestations pour obtenir l'abrogation de la loi d'urgence sanitaire et de toutes les ordonnances qui en découlent.

Motion Fonction de direction

Face au danger que représente la proposition de loi visant à créer la fonction de directeur ;

Face à l’urgence du combat à mener pour obtenir le retrait de cette proposition de loi,

Conformément aux résultats des enquêtes menées nationalement rejetant massivement la création d’un statut des directeurs,

le conseil syndical du SNUipp-FSU 63, réuni le 09 juin 2020, se prononce pour le retrait immédiat de cette proposition de loi visant à créer la fonction de directeur et appelle le secrétariat national du SNUipp-FSU à faire de même.

Le conseil syndical demande fermement au secrétariat national du SNUipp-FSU de faire savoir au gouvernement que si le projet est maintenu, il appellera, dans les plus brefs délais, la profession à la grève et à la manifestation.

Adoptée à l’unanimité

Motion Loi d’état d’urgence sanitaire

Constatant l’instrumentalisation faite de la pandémie pour maintenir l’état d’urgence sanitaire ;

Constatant que la loi d’état d’urgence sanitaire est un moyen utilisé par le gouvernement pour porter atteinte notamment aux libertés syndicales et au droit à manifester mais également aux conquêtes sociales et aux droits des travailleurs,

le conseil syndical du SNUipp-FSU 63, réuni le 9 juin 2020 demande au secrétariat national du SNUipp-FSU de s’adresser à la FSU pour qu’elle appelle, sans attendre la décision du Conseil d’État, à des manifestations, dans un cadre unitaire le plus large, pour obtenir l’abrogation de la loi d’état d’urgence sanitaire et de toutes les ordonnances qui en découlent.

Adoptée à l’unanimité


Motion adoptée à l'unanimité par le conseil syndical du SNUipp34, réuni à Montpellier le 2 mars 2020

Le conseil syndical, vient d'apprendre que la direction de FO avait décidé de sortir de la Conférence dite de financement des retraites. Il est possible que la direction de la CGT fasse de même.

Le conseil syndical se prononce pour que la direction du SNUipp et celle de la FSU se retirent, sans délai, des concertations avec le ministère de l’Éducation anticipant la mise en œuvre de la réforme des retraites dont nous exigeons le retrait.